Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pourquoi envoyer Rosetta, une sonde spatiale de 3 t, à des millions de kilomètres de la Terre ? Quels enseignements a-t-on tiré des mesures effectuées par Philae, le module qu’elle est parvenue à poser sur la comète Churyumov-Gerasimenko ? Vous trouverez une réponse à ces questions sur cette mission spatiale hors du commun menée par l’Agence spatiale européenne.

CNES. http://cnes.fr

Rosetta s’écrasera sur la comète Tchouri le 30 septembre prochain. Durant les douze heures qui précèdent la collision, elle continuera à prendre des photos et réalisera des mesures inédites. Les scientifiques s’attendent à collecter des données extraordinaires.
Deux ans après s’être mise en orbite autour de Tchouri, Rosetta terminera sa mission de manière spectaculaire. Durant ces deux dernières années, l’aventure fut riche en émotions, surtout lorsque le robot Philae, envoyé pour analyser la surface de la comète, a rencontré d’énormes problèmes dès l’atterrissage. Depuis, le petit engin a redressé la barre et selon le Centre national d’étude spatiale (CNES), il a réussi « 80% des opérations scientifiques qu’il était censé conduire ».
Une fin en apothéose pour Rosetta
Lancée le 2 mars 2004, Rosetta a parcouru plus de 500 millions de kilomètres avant d’atteindre sa cible, la comète Tchouri. Actuellement, elle se trouve en orbite à environ 20 kilomètres de celle-ci. D’après les précisions fournies par le CNES, la vitesse de la descente serait de 50 centimètres par seconde. Ainsi, la sonde mettrait environ une douzaine d’heures avant de s’écraser complètement. Grâce à cette approche finale, les chercheurs récolteront des données supplémentaires, des informations qu’ils n’auraient pas pu avoir autrement.
Selon Jean-Yves Le Gall, président du CNES, c’est la « plus belle des fins de mission » pour Rosetta et Philae.

Source

Tag(s) : #CNES

Partager cet article

Repost 0