Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Prenez un mélange d’ammoniaque gazeux, de dioxyde de carbone, de méthanol et d’eau.  Enfermez le tout dans une enceinte close. Chauffez à 600°C. Puis faites geler le mélange. Ensuite, expédiez un projectile, après avoir pris soin de le stériliser également, sur l’enceinte, à haute vitesse. Analysez, enfin, la composition du mélange après l’impact. Vous obtiendrez... des acides aminés!

Telle est l’expérience réalisée par une équipe de chercheurs de l’Imperial College de Londres et de l’université du Kent dont les résultats ont été publiés dans un article de la revue Nature Geoscience du 15 septembre 2013. L’objectif des scientifiques n’était autre que de reproduire l’impact d’une comète sur une planète comme la Terre ou Mars. Ou un satellite comme la Lune. Tous ces corps célestes ont été frappés, depuis qu’ils existent, par certaines des comètes qui voyagent à travers le système solaire, comme Ison que l’on peut déjà observer au télescope dans le ciel et qui devrait devenir visible à l’œil nu d’ici la fin de l’année.

Pourquoi une telle expérience? Parce que l’origine de l’apparition de la vie sur Terre reste un mystère aussi épais que son absence apparente sur d’autres planètes du système solaire comme Mars. L’une des hypothèses reste celle des comètes.

Ces corps célestes viennent de la ceinture de Kuiper ou du nuage d’Oort. Les scientifiques pensent qu’elles sont composées à 50% de glace (eau, CO, CO2, méthane, éthane, acétylène...). Le reste serait constitué de roches similaires à celles des météorites. Au final, on obtient la fameuse «boule de neige sale». La célèbre comète de Halley qui nous rend visite régulièrement tous les 75 ans mesure 15 km de long avec un noyau de 500 km3 de volume et une masse de 1014 kg.

Les comètes sont déjà soupçonnées d’avoir apporté l’eau sur Terre, un autre mystère. Dans la foulée, auraient-elles aussi, à la suite de leur écrasement parfois cataclysmique, également provoqué l’apparition des fameux acides aminés constituant les briques élémentaires de la vie? C’est la question à laquelle les chercheurs ont tenté de répondre.

Ils ont ainsi composé plusieurs mélanges de composants que l’on trouve dans les comètes. Ils sont ensuite testé l’effet d’un choc similaire à celui de l’impact sur une planète. Un projectile de 500 kg a été expédié sur les échantillons à l’aide d’un canon à gaz. Un seul des mélanges a donné des acides aminés. Les chercheurs citent des D et L alanine qui font partie des acides aminés à l’origine des protéines ainsi que deux acides aminés qui sont pas, eux, impliqués dans les protéines, l’α aminoisobutyrique  et l’isovaline. On est loin des 21 acides aminés nécessaires à la synthèse de l’ensemble des protéines.

Néanmoins, l’expérience montre que le choc violent reçu par les composants d’une comète peut produire certains acides aminés. Ce qui n’est déjà pas mal. Les 2.000 comètes identifiées aujourd’hui ne sont que les restes d’une population qui a circulé dans le système solaire depuis ses origines. Ainsi, la Terre a pu en recevoir dès sa formation, il y a près de 4,6 milliards d’années. Les comètes ont pu contribuer alors à l’accumulation d’eau dans son atmosphère qui a sans doute accéléré le refroidissement et la solidification de sa surface.

Ensuite, la vie serait apparue il y a quelque 3,8 à 3,5 milliards d’années. Les comètes ont pu alors jouer le rôle d’inséminatrices. Mais on sait, désormais, que l’eau était également abondante sur Mars à cette époque. La planète rouge a également reçu des comètes et, donc, peut-être, des acides aminés précurseurs de vie. La mission du robot Curiosity vise, justement, à en trouver des traces. 


Source : http://www.slate.fr

Tag(s) : #Comète, #Ingrédients de la vie

Partager cet article

Repost 0