Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est une découverte de plus à mettre au crédit de la mission européenne Rosetta. Elle a détecté dans les gaz autour de la comète Tchouri la signature de la glycine, le plus simple des acides aminés qui sont les briques de base des protéines.

En savoir plus sur la Glycine

Le carbone et le vivant
Tous les êtres vivants sont formés de squelettes de carbone
Ces squelettes moléculaires en carbone forment la plupart des tissus et des protéines qui constituent les êtres vivants. On peut donc, en forçant le trait, assimiler le vivant, d’un point de vue chimique, à une variation sans cesse changeante sur le thème « comment combiner le
carbone ». À tel point que la chimie du carbone a été dénommée chimie « organique »
parce qu’elle découlait directement de l’observation des composés des organes vivants.
En Angleterre, on parle d’organic farming pour désigner l’agriculture biologique. C’est
dire que dans l’état actuel des connaissances, il existe un lien particulier et intime entre
l’aventure du vivant et le carbone. L’ensemble des aliments produits par l’agriculture et
consommés par l’homme (glucides, lipides, protéines) sont à la base des chaînes
carbonées.
Du carbone, le vivant en a pompé dans l’atmosphère pour l’organiser sous bien
des formes. Il y a 4,3 milliards d’années, le dioxyde de carbone aurait représenté jusqu’à
25 % de l’atmosphère terrrestre
. En 1950, il n’en représentait plus que 0,03 % en 2016 0,04'%
. Le vivant est à l’origine de cette formidable mobilisation du carbone atmosphérique, et ce
sous quatre formes principales

Rosetta a découvert une brique du vivant sur la comète

Tag(s) : #Découvertes, #Tchouri

Partager cet article

Repost 0